La LDH au festival d’Avignon 2024

Durant le Festival OFF 2024, la LDH vous convie à une série d’événements dans lesquels elle est partie prenante. Voici le programme :

1) Sur la défense et la promotion des droits et libertés

• 16 juillet, 16h00-18h, Théâtre Transversal , 10 Rue Amphoux, 84000 Avignon
– table ronde : Privation de liberté́ et droits de l’homme, où en sommes-nous vraiment ?

Les personnes privées de liberté́ doivent être traitées dans le respect des droits de l’Homme, et leur dignité́ doit être préservée. C’est l’objet de l’avis adopté en mars 2022 sur l’effectivité́ des droits fondamentaux en prison. Mais en 2024, face à la surpopulation carcérale, quelles nouvelles méthodes à adopter ? Avec :

  • Christiane Taubira, femme politique et écrivaine
  • Evelyne Sire Marin, présidente de chambre honoraire de cour d’appel et vice-présidente de la Ligue des Droits de l’Homme
  • Céline Roux, adjointe de la Défenseure des droits.
• les 17 & 18 juillet à 11h au Théâtre de la Porte saint Michel, 23 rue Saint-Michel, 84000 Avignon
La LDH vous invite à amener vos enfants pour venir cueillir les articles de Convention internationale des Droits de l’Enfant (CIDE).
  • Animation : Annie Gatebois-Lyon (LDH, section Aubagne)
• 19 Juillet, 10h-12h ; théâtre de l’entrepôt, 1 ter, boulevard Champfleury – 84000 Avignon :
conférence-débat avec Arié Alimi, avocat et vice-président de la LDH :
Redonner l’espoir
Renouveler et faire vivre la démocratie,
Rendre effectifs les droits pour toutes et tous

La librairie Youpi ! sera présente avec vente dédicace des livre de l’auteur

• 20 juillet à 18 h , La chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon, 58 Rue de la République, 30400 Villeneuve-lès-Avignon
Lecture-débat sur la liberté de création avec Agnès Tricoire suivi d’une lecture d’un texte qui a été censuré à Madrid sous la pression de l’extrême droite :  « Je meurs de ne pas mourir » de Paco Bezerra. (Lecture à réserver sur le site de la Chartreuse).

2) La LDH solidaire avec les femmes iraniennes en lutte pour leurs droits et leurs libertés

• Du 3 au 21 juillet au théâtre de la Porte St Michel, 23 rue Saint-Michel, 84000 Avignon

Deux spectacles qui viennent d’Iran dans le cadre du mouvement : FEMME VIE LIBERTE

Femme aujourd’hui…

Vita Activa

3) Les événements que la LDH AOC soutient

• Du 14 au 17 juillet ; à 22h, Théâtre Humanum, 149 rue de la Carreterie, 84000 Avignon
J’aurais dû m’appeler Aïcha

Une conférence gesticulée qui interroge la question de l’identité en France en lien avec le système colonial.

• Du 4 au 21 juillet, à 16h20, Théâtre Transversal , 10 Rue Amphoux, 84000 Avignon
Un faux pas dans la vie d’Emma Picard

Emma Picard est une héroïne tragique qui nous interpelle par la dimension universelle d’une tragédie personnelle livrée dans l’intimité d’un soliloque bouleversant.

Adaptation pour la scène du roman éponyme de Mathieu Belezi. Dans les années 1860, pour échapper à la misère en France, Emma Picard, paysanne, veuve et mère de quatre fils, part en Algérie cultiver la terre que lui octroie le gouvernement français. Après quatre années d’épreuves, elle fait le récit de son combat permanent pour la survie. Colon par nécessité, Emma est avant tout une paysanne. Son récit témoigne d’un rapport viscéral à la nature tout entière, mais aussi au travail de la terre. Loin d’occulter le drame de la colonisation, le spectacle dresse le portrait d’une femme de condition modeste et donne une voix à celles et ceux dont on ne parle jamais.

A l’issue de la séance du 8 juillet, débat organisé par la LDH de 18h-19h30 ; sur le site du Village du OFF, salle de l’atelier, 6 rue Pourquery de Boisserin, 84000 Avignon.

C’est dans le cadre d’une réflexion qu’elle mène sur les résonances du système colonial dans la société française aujourd’hui que la LDH co-organise avec le théatre Transversal et la compagnie OKEANOS- Mathieu Belezi un débat autour de la pièce « Un faux pas dans la vie d’Emma Picard ».

Rappelons qu’aujourd’hui, soixante-deux ans après l’indépendance, beaucoup de Françaises et de Français gardent des liens particuliers avec l’Algérie, de par son histoire coloniale, mais aussi et surtout par des mémoires demeurées vives et souvent douloureuses.

Parmi celles-ci, celle concernant ceux qu’on appelle communément les Pieds-noirs. Ceux-ci représentaient au moment de l’indépendance de l’Algérie près d’un million d’Européens d’origines diverses, y vivant et y travaillant depuis des générations.

C’est l’histoire d’une de ces protagonistes que raconte cette pièce forte. Emma Picard est une héroïne tragique qui nous interpelle par la dimension universelle d’une tragédie personnelle livrée dans l’intimité d’un soliloque bouleversant avec comme arrière-fond la violence de la colonisation subie par les Algériens.

En privilégiant un questionnement sur la contemporanéité du passé et l’actualité de ses empreintes, sur la ténacité, parfois discrète, des survivances et de leurs détournements, la LDH invite à s’interroger sur ce qui reste de l’Algérie coloniale dans les récits de ces actrices et acteurs. Quels usages en sont-ils faits ? Comment ce passé et ses mémoires se transmettent-ils ? Comment la colonisation et la guerre d’indépendance continuent-elles d’être interprétées et de résonner dans ces milieux autant qu’au sein de la société française dans son ensemble ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *